Patagonie

Un jour de semaine en novembre, 11h. J’ai envie de partir loin. De tout poser, bien rangé à sa place, de mettre un peu d’ordre dans mes affaires et puis de partir en voyage.

Voyage au Chili
Détroit de Magellan

Je visualise les grands espaces de Patagonie, j’entends le vent qui siffle dans les tôles du toit de l’estancia où je suis abritée pour la nuit, je fais courir une famille de guanacos qui me barrait la route, j’aperçois là-haut un grand condor qui flirte avec les premières pentes d’un majestueux glacier.

Il y a des lacs d’un bleu vif. Des forêts d’arbres noirs et rabougris où on trouve, miracle, des petites fleurs jaunes et violettes qui renaissent après les incendies. Il y a le rouge de mon pick-up qui fait voler les gravillons de la piste.

Il y a le nid de l’aigle, les cornes du Paine, les flamants sur la lagune. Il y a la pluie, la boue, la poussière, il y a la brume qui nous cache le glacier Exploradores, il y a la plaque de neige au milieu du chemin dans une forêt du bout du monde.

Il y a des chiens intéressés par nos sandwichs, un village sur l’eau et on commande du pollo con papa fritas à l’hostal parce que c’est le seul plat dont on comprend le nom en espagnol. Il y a la Croix du Sud qui se reflète dans le noir brillant des fjords du Pacifique et le cri des échassiers dans la nuit. Je marche à flanc de précipice sur un sentier étroit, j’entends craquer la glace d’un géant de Patagonie, je fais une sieste à l’ombre d’un ñirre…

Je garde tous ces souvenirs en moi comme un trésor. Je sais que j’ai vécu, habité, respiré cet endroit un jour, je sais que j’y étais, qu’il existe peut-être encore, et j’y retourne en pensée. Il est des voyages qui vous marquent, qu’on met des années à assimiler, qui ressurgissent au détour d’un clavier ou d’un regard jeté dehors depuis le bureau. Mon séjour en Patagonie est de ceux-là.

Photos issues de mon voyage en 2015 à l’extrême sud du continent américain, principalement au Chili : Route Australe, Parc National Torres del Paine, Détroit de Magellan et glacier Perito Moreno (Argentine pour ce dernier).

2 commentaires sur “Patagonie

Ajouter un commentaire

    1. Oh oui, c’est dépaysant ! Encore plus quand on ne parle pas du tout la langue (je me revois dans une minuscule supérette du bout du monde à essayer de demander à la commerçante si elle aurait par hasard de la colle pour réparer une semelle de chaussure de rando… je crois qu’à présent je n’oublierai jamais comment on dit « colle » en espagnol aha). Quand tes parents ont-ils voyagé là-bas ?

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :