Mes 6 coups de coeur en Baie de Somme

La Baie de Somme est située en Picardie, tout là-haut dans le nord de la France. Elle donne sur la Manche. J’y ai passé en octobre quelques jours en amoureux et ce fut une belle découverte. En plus, la météo a été au beau fixe pendant tout le séjour (comprendre : il n’a pas plu en journée et le vent était modéré ;-)).

Voici mes 6 coups de cœur de cette escapade. En bonus à la fin, mes 2 coups de cœur restauration.

1. Le grand tour du Marquenterre

Nous avons effectué cette randonnée le premier jour de nos vacances et c’était, je le reconnais, un peu ambitieux : 16 km dont la majorité dans le sable, soit dans la dune soit sur la plage… nos articulations peu rompues à l’exercice ne nous disent pas merci.

Mais quelle belle rando ! D’abord dans les dunes, beaucoup plus hautes que celles que j’avais vues en Vendée. Ici en Picardie on les appelle les Crocs. Ensuite sur une immense plage, qu’on n’en finit plus de parcourir, pour notre plus grand plaisir de Lorrains qui n’attendaient que de revoir la mer. Et pour finir, à nouveau un chemin dans la dune, le chemin des Bergers, entre argousiers, troènes et aubépines.

Prudence néanmoins : ce parcours n’est pas praticable à marée haute, lors des forts coefficients de marée (>100).

Buisson d'argousier avec des fruits et ganivelle en arrière-plan
Argousier

Le chemin permet quelques points de vue sur le parc ornithologique du Marquenterre. Ainsi, nous avons pu nous régaler avec l’observation d’une colonie de cormorans, de canards et d’aigrettes. Je suis bien contente aussi d’avoir pu rencontrer le Fuligule milouin et le superbe Tadorne de Belon, que je n’avais encore jamais vus en vrai. Et puis il n’y a pas que les oiseaux au Marquenterre ! Il y a aussi les chevaux de race Henson, le cheval de la Baie de Somme. Et des dizaines de libellules, je n’en avais jamais vu autant au même endroit !

les crocs (dunes) vus depuis le bord de la mer, très loin. rides dans le sable
Cette plage est immense

2. La balade sur la falaise entre Ault et Le Bois de Cise

Une vraie bonne surprise que cette balade ! Déjà, je n’avais jamais vu de mes propres yeux ce genre de falaises. J’ai beaucoup aimé ce paysage tourmenté ouvert sur l’infini de la mer. Le terrain des poètes romantiques. A Ault, on s’attend à tout moment à voir apparaître Victor Hugo par la rue qui donne sur la mer, les cheveux au vent, l’air mélancolique, la plume à la main… Mais je m’égare.

Falaise blanche marée basse ciel plombé
La falaise depuis Ault

Donc nous disions, départ de Ault, en direction du Bois de Cise, en longeant la falaise par le haut. Superbe randonnée dans le vert pâturage, où l’on peut croiser vaches et moutons. On se croirait dans un alpage, la mer en plus et les marmottes en moins. Un paysage spectaculaire. Il y a quelques pentes un peu raides mais en y allant doucement, ça se fait. Nous avons croisé aussi un âne, un cheval et une petite bande de chardonnerets élégants très joueurs. A chaque vallon, un faucon crécerelle nous régalait de son vol stationnaire et de ses plongées soudaines vers le sol.

Chemin sur la falaise

Au Bois de Cise, il faut absolument prendre le temps de parcourir l’ensemble du village, y compris dans la forêt. C’est toute l’histoire de l’architecture balnéaire qui s’offre à nos yeux, au gré des villas, de la Belle Epoque à nos jours. Et puis, depuis la route du Casino, un grand escalier dans la falaise permet de descendre sur la plage de galets. Sur ce dernier point, ne partez pas comme moi avec l’image d’une via ferrata en tête, vous serez sans doute un peu déçus hihi. L’escalier est large, en pente douce, et tout à fait praticable. Point besoin d’échelle de corde, ni de baudrier !

Maison à colombages ressemblant à une chaumière de contes de fées
Une « chaumière » du Bois de Cise

3. Les villas Belle Epoque à Mers-les-Bains

Soleil sur les façades pastel des villas
La promenade de Mers-les-Bains depuis la plage

Après la randonnée au Bois de Cise, il faut pousser en voiture jusqu’à Mers-les-Bains pour flâner dans le quartier des villas Belle Epoque (fin XIXe, début XXe). Un vrai régal pour les yeux que ces 500 villas classées aux décors travaillés. Boiseries colorées, bow-windows coquets, porches extravagants, pignons ornés… on ne sait où donner de la tête. L’Art Nouveau est bien présent, par petites touches ou carrément en total look. Chaque villa a son nom affiché, nous nous en amusons et nous imaginons leur histoire et celle de leurs occupants.

Détail d'une façade de villa, contraste entre briques rouges et volets et balcons bleus.

En parcourant la promenade, on croit presque voir encore les dames avec leurs robes, leurs chapeaux et leurs ombrelles, ou, sur la plage, les baigneurs en costume de bain long et rayé.

Sur la plage, de nombreuses cabines blanches, chacune avec son petit nom là aussi. En cette saison, elles sont fermées, alors nous nous plaisons à deviner ce qui peut bien y être rangé. Soudain, oh ! quelle chance ! Là, deux dames s’affairent avec un trousseau sur la serrure de l’une des cabines ! Nous restons un peu, curieux. Les dames s’acharnent, se relaient… Las ! aucune clé ne semble aller. Elles se sont peut-être trompées de cabine ? Quoi qu’il en soit, pour nous, le mystère de l’intérieur des cabines restera entier !

De planches sur la plage de galets mènent à une cabine de plage blanche fermée juste devant la promenade et les villas Belle Epoque de Mers-les-Bains.
Cette cabine s’appelle « Les frangines »

4. La traversée de la Baie de Somme à pied

S’il y a un défi que je voulais relever en venant ici, c’était bien la traversée de la baie à pied. C’est chose faite, avec le guide Gwenaël de Passion Baie de Somme. A propos, n’entreprenez pas la traversée sans guide ! C’est un milieu particulier qui comporte certains risques, comme les sables mouvants, le courant de la marée montante ou encore la météo qui peut se gâter très vite.

Nous sommes partis du Crotoy, en route pour 6 kilomètres de tours et détours dans la vasière et les mollières (prés salés) !

Le Crotoy depuis la baie

Au delà de l’aspect sécurité, partir avec un guide vous apprendra mille choses. Gwenaël nous a ainsi parlé de l’ensablement et des bassins de chasse, derrière des écluses qui ont pour objectif de chasser le sable vers le large. Il nous a fait goûter l’aster maritime et la salicorne, marcher sur les ridins et dans la slikke (vase), soupeser une mye qu’il avait extraite par carottage de la vase. Grâce à lui, nous avons traversé des cours d’eau en toute sérénité, bien au sec dans nos bottes en caoutchouc. Grâce à lui encore, nous avons repéré une spatule blanche et percé le mystère de ces étranges canards immobiles et alignés que nous voyions sur les étangs dans les prés salés (il s’agissait de leurres, pour la chasse au canard). Grâce à lui enfin, nous avons atteint Saint-Valery-sur-Somme sans pépin, après environ 3 heures d’une promenade dépaysante et instructive à souhait.

Pour le retour, nous avons pris le train à vapeur. Ce n’est pas une expérience à laquelle je tenais particulièrement mais pour les férus de trains historiques ou d’ambiance vintage, c’est à faire, assurément.

Sièges de train vintage en bois dans la lumière du soleil couchant, le paysage défile derrière les vitres du train
Dans le petit train à vapeur de la Baie de Somme

5. La découverte de Saint-Valery-sur-Somme

La ville de Saint-Valery-sur-Somme est très sympa à parcourir. Nous avons commencé par remonter depuis le port de plaisance à travers le quartier des pêcheurs : maisons basses, colorées et fleuries, ruelles pavées, ici et là un chat, bref un quartier très agréable.

Ensuite, nous avons fait une pause-panorama au calvaire des marins. Pour ne rien vous cacher, c’était aussi une pause-viennoiseries, on en reparle plus bas ;-).

Les toits de Saint-Valery-sur-Somme et la baie (prés salés) derrière
Les toits de Saint-Valery-sur-Somme

Puis nous sommes redescendus vers le bord de la Somme, admirant quelques villas et jolies boutiques au passage.

Détail d'une villa en briques rouges, volets blancs fermés et linteaux supérieurs décorés en turquoise avec chapiteaux de pilier au milieu.
Villa « Mon Refuge »

Nous avons ensuite franchi les remparts à la porte de Nevers, pour entrer dans la ville médiévale. Là, nous avions presque l’impression d’y être, au Moyen-Age, tant l’architecture est typique.

Détail de la façade de l'église : gargouille ailée, pierres en damier et aperçu des vitraux
Gargouille de l’église Saint-Martin

Nous avons poussé jusqu’à la chapelle des marins, à travers des rues charmantes et fleuries, et de là nous sommes redescendus vers la digue, que nous avons suivie jusqu’à revenir à la station de chemin de fer, près du port.

Vue sur l’embouchure de la Somme

6. Le coucher de soleil sur Le Crotoy

Notre programme a fait que nous avons finalement peu vu la ville du Crotoy, et surtout que nous ne l’avons pratiquement vue qu’au crépuscule. Mais quel spectacle ! Quelles couleurs ! Ici, on comprend pourquoi tant de peintres et d’écrivains sont tombés amoureux de la Baie de Somme.

Coucher de soleil sublimés par de gros nuages, tourelle sombre et plage au premier plan, nombreux oiseaux sur l'eau.
Coucher de soleil sur Le Crotoy

Le Crotoy est la seule plage du nord orientée plein sud. Il y flotte d’ailleurs un petit air de station balnéaire « à la méditerranéenne », surtout sur la place près du port, ombragée par des platanes et sur laquelle on imagine très bien les joueurs de pétanque qui s’interpellent (il y en a sûrement, aux beaux jours). Au coucher du soleil, c’est la flamboyance orange côté mer et tout un dégradé de bleu et de rose côté fleuve. Superbe.

Bras de mer au crépuscule avec une bouée sur la droite et la lune au premier quartier dans un ciel dégagé, nuages fuyants au fond.
Lune du crépuscule, Le Crotoy
Une rue donnant sur la plage et la mer, éclairée par un réverbère à gauche et l'entre d'une maison à droite. Du sable apporté par le vent borde la rue.
Le Crotoy à la tombée du jour

Mes 2 coups de cœur restauration :

Restaurant Les Tourelles, au Crotoy

Un hôtel-restaurant à la façade tout simplement époustouflante : c’est une sorte de grand manoir avec deux tourelles, tout de rouge pétant et de blanc. Mais ne vous laissez pas intimider. L’intérieur est un peu plus sobre, on y est très bien reçu, de la courtoisie mais pas de chichi. La cuisine est locale et soignée. Nous avons ainsi pu goûter l’agneau de pré salé, la pêche du jour ou encore le gâteau battu (spécialité picarde) façon pain perdu. C’est bien simple, tout nous a plu.

Boulangerie Watterlot, à Saint-Valery-sur-Somme

Découverte un peu par hasard en déambulant dans la ville, à la recherche d’un casse-croûte après la traversée de la baie. Nous y avons finalement acheté deux « petites » douceurs : un escargot à la pistache et un morceau de gâteau battu aux amandes. Les deux étaient tout simplement un délice et se sont inscrits dans ma mémoire comme un moment fort du voyage. En me documentant pour rédiger cet article, j’ai découvert que cette boulangerie a été classée meilleure boulangerie dans la région Hauts-de-France et 2e de France en 2018. Un classement que je ne peux que confirmer ! Miam.

Traces de pas sur la plage de sable en Picardie, dunes au loin, beau temps.
Alors, on repart quand ?

Et vous, connaissez-vous la Baie de Somme ? Cette destination pourrait-elle vous intéresser ? Y avez-vous des beaux souvenirs ?

A bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :