Botanique en Pays de Monts – Vendée

Tout le monde connaît l’île de Noirmoutier au nord de la Vendée, mais connaissez-vous la partie du continent qui lui fait face ? De Fromentine à Saint-Gilles-Croix-de-Vie/Saint-Hilaire-de-Riez, voilà le territoire étonnant des Pays de Monts. Je vous propose une balade botanique dans les trois principaux écosystèmes de ce territoire : la forêt de pins, la dune et le marais.

La forêt : ça pique !

La forêt domaniale des Pays de Monts est une « jeune » forêt. Elle borde la côte sur une vingtaine de kilomètres. Elle a été plantée il y a environ 150 ans pour que les arbres, avec leurs racines, retiennent le sable qui menaçait, sous l’effet du vent, d’ensevelir l’arrière-pays. Et ça a fonctionné ! Les arbres qui ont été plantés à l’époque étaient essentiellement des pins maritimes, une espèce à la croissance rapide adaptée au milieu dunaire. Depuis, si les résineux restent majoritaires, on a aussi introduit du chêne vert et du robinier faux acacia. En première ligne face à l’océan, on trouve aussi du cyprès, qui est presque le seul arbre à pouvoir résister à cet endroit-là.

Chemin de sable entre les pins

Je dis « ça pique » en parlant de cette forêt parce qu’en m’y promenant, j’ai été frappée par la prédominance des espèces à épines. Outre les résineux et robiniers précédemment cités, il y avait aussi des églantiers, de l’aubépine, des véritables lianes de ronces, des ajoncs… et les deux plantes que j’ai choisi de vous montrer ci-dessous !

Chardon-Roland

Panicaut champêtre

Appelé aussi panicaut champêtre ou chardon roulant, ce végétal qui ne manque pas de piquant fait partie de la famille de la carotte, les Apiaceae. Il aime les sols secs et calcaires et on le trouve dans pratiquement toute la France. Au contraire de son frangin, le panicaut maritime, plus bleu que vert, qui lui, ne se trouve que sur les côtes sableuses.

Carline commune

Tiges et fleurs de carline

Elle est surnommée « chardon doré » et fait partie de la famille des Asteraceae, comme les marguerites. Elle est présente dans toute la France, sur les sols secs. Elle fleurit de juillet à septembre. Elle est très appréciée des butineurs, comme vous avez pu le voir sur la photo d’en-tête de ce billet :-).

La dune : tapis blanc ou tapis jaune ?

Chemine au sommet d'une dune, océan en arrière-plan

La dune de sable est le dernier « obstacle » à franchir quand on vient à la plage après avoir traversé la forêt. C’est une butte plus ou moins haute qui est battue par les vents, un véritable rempart qui protège l’arrière-pays du vent, de l’ensablement et de la submersion. C’est un milieu à grande biodiversité. En mouvement perpétuel, la dune est aussi particulièrement sensible à l’érosion. Il est donc vraiment très important de rester sur les chemins et de ne pas aller jouer dans les dunes. En arrêtant le piétinement, on permet aux espèces végétales de recoloniser le milieu et donc de participer à fixer la dune. Aujourd’hui on peut voir par exemple se développer des superbes tapis des deux espèces ci-dessous décrites.

Immortelle jaune

Quand on arrive sur la dernière dune avant l’océan, celle qui n’est pas boisée, il flotte dans l’air un parfum typique, un peu épicé, une sorte de curry. C’est l’immortelle, alors en plein soleil, qui dégage cette odeur caractéristique. Pour moi, cette odeur est définitivement associée à la joie de découvrir l’océan juste derrière la dune. De l’immortelle, on tire une huile essentielle aux vertus semblables à l’arnica, contre les bleus et les bosses. L’immortelle est une plante de climat sec, chaud et ensoleillé.

Queue-de-lièvre

Appelée aussi Chaton ou Gros-minet, cette graminée pousse sur le sable et se plaît en plein soleil. On la rencontre plutôt sur le littoral. Vous l’avez aussi sûrement déjà vue en bouquets secs dans les catalogues de décoration, ou bien vous en avez chez vous si vous vous êtes à la pointe de la tendance, car c’est une plante qui est plutôt à la mode en ce moment. Il faut dire que sa simple vue vous procure détente et poésie, vous ne trouvez pas ? Ici en tout cas, la voilà dans son habitat naturel !

Le Marais breton vendéen

étiers dans le marais breton vendéen, sous le soleil

Il y a plusieurs millénaires, le Marais breton vendéen était un archipel d’îles dans la baie de Bretagne (d’où son nom de Marais breton). Mais le temps passant, les sédiments sont venus la combler et il ne reste aujourd’hui comme île que la belle île de Noirmoutier. Tout le reste fait partie du continent. Il s’agit d’une zone marécageuse que la main de l’Homme a façonnée selon son besoin : assèchement, étiers, canaux, marais salants… La majeure partie des eaux y sont douces et le terrain sert à l’agriculture, sauf pour quelques endroits proches de la côte où les activités salicoles connaissent aujourd’hui une nouvelle jeunesse. En tant que zone humide, le marais est un réservoir essentiel de biodiversité. Il n’en est que plus précieux à préserver ! Si vous voulez tout savoir du Marais breton vendéen, je vous recommande la visite de l’écomusée du Daviaud, très intéressant.

le marais breton vendéen vu depuis la yole
Je vous conseille aussi la balade en yole, une expérience ressourçante !

J’aime bien me promener dans le marais, car c’est calme par rapport au bord de mer, et superbement fleuri à cette époque de l’année. Et puis il y a beaucoup d’oiseaux à observer ainsi que des grenouilles et des ragondins. Un havre de paix qui grouille de vie, quoi ! Ci-dessous, découvrez deux habitantes végétales du marais !

Guimauve

Fleur de guimauve

On avait déjà rencontré la guimauve ensemble à la mare salée de Marsal, je ne vous la présente donc pas à nouveau. Mais cette fois je peux vous monter les jolies fleurs !

Menthe aquatique

Fleur de menthe aquatique

La menthe aquatique ne pousse pas directement dans l’eau mais bien en bordure de zone humide. Elle s’adapte facilement à tous les sols grâce à ses stolons. C’est aussi une plante mellifère. Son utilisation en cuisine doit être limitée et ses vertus médicinales seraient les mêmes que celles des menthes « classiques ».

Voilà pour la découverte des Pays de Monts par la botanique ! La prochaine fois, je vous partagerai des idées de balades nature dans le coin de Fromentine et Noirmoutier, stay tuned comme on dit !

A bientôt !

Sources

R. Fitter, A. Fitter et M. Blamey, Guide des fleurs sauvages, Delachaux et Niestle, « Les Guides du naturaliste », 1986, 335 p.

« La forêt des Pays de Monts », Site de la ville de Notre Dame de Monts, [En ligne], http://www.ville-notre-dame-de-monts.fr/decouvrir-la-ville/patrimoine-naturel/la-foret-des-pays-de-monts [consulté le 6 septembre 2021]

« Une forêt vendéenne entre terre, mer et marais», Portail de l’Office National des Forêts, [En ligne], http://www1.onf.fr/enforet/pays-de-monts/@@index.html [consulté le 6 septembre 2021]

« La protection des dunes : une histoire qui a de l’avenir ! », Site de l’Office National des Forêts, 6 novembre 2019 [En ligne], https://www.onf.fr/onf/+/5c3::la-protection-des-dunes-toute-une-histoire.html [consulté le 6 septembre 2021]

Tela Botanica, Fiche du panicaut champêtre, eFlore, [En ligne], https://www.tela-botanica.org/eflore/?referentiel=bdtfx&niveau=2&module=fiche&action=fiche&num_nom=25380&type_nom=&nom=&onglet=synthese [consulté le 6 septembre 2021]

Tela Botanica, Fiche du panicaut de mer, eFlore, [En ligne], https://www.tela-botanica.org/eflore/?referentiel=bdtfx&niveau=2&module=fiche&action=fiche&num_nom=25390&type_nom=&nom=&onglet=synthese [consulté le 6 septembre 2021]

Tela Botanica, Fiche de la carline commune, eFlore, [En ligne], https://www.tela-botanica.org/eflore/?referentiel=bdtfx&module=fiche&action=fiche&num_nom=14613&onglet=synthese [consulté le 6 septembre 2021]

« Hélichryse (Helichrysum italicum), immortelle d’Italie ou plante au curry», Les Dossiers de Binette et Jardin, blog du Monde, [En ligne], https://jardinage.lemonde.fr/dossier-215-helichrysum.html [consulté le 6 septembre 2021]

Laure Gentil. « Vendée : pourquoi le Marais breton est-il breton ?», Le Courrier Vendéen sur Actu.fr, 7 février 2020 [En ligne], https://actu.fr/pays-de-la-loire/_85/pourquoi-marais-breton-est-breton_31103352.html [consulté le 6 septembre 2021]

Tela Botanica, Fiche de la queue-de-lièvre, eFlore, [En ligne], https://www.tela-botanica.org/eflore/?referentiel=bdtfx&niveau=2&module=fiche&action=fiche&num_nom=37447&type_nom=&nom=&onglet=synthese [consulté le 6 septembre 2021]

Tela Botanica, Fiche de l’immortelle, eFlore, [En ligne], https://www.tela-botanica.org/eflore/?referentiel=bdtfx&module=fiche&action=fiche&num_nom=31404&onglet=synthese [consulté le 6 septembre 2021]

Tela Botanica, Fiche de la menthe aquatique, eFlore, [En ligne], https://www.tela-botanica.org/eflore/?referentiel=bdtfx&module=fiche&action=fiche&num_nom=41945&onglet=synthese [consulté le 6 septembre 2021]

Gissinger, Roland. « La Menthe aquatique», Site de l’ANAB Association Nature Alsace Bossue, 5 juillet 2020 [En ligne], https://naturealsacebossue.over-blog.com/2020/07/la-menthe-aquatique.html [consulté le 6 septembre 2021]

Norb. « Carline commune : sous le soleil exactement », Sauvages du Poitou, 10 septembre 2018 [En ligne], https://www.sauvagesdupoitou.com/83/659 [consulté le 7 septembre 2021]

Un commentaire sur “Botanique en Pays de Monts – Vendée

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :