Etonnants visiteurs, été 2021

Je vous ai appâtés avec une belle photo de papillon, mais cet article contient aussi de l’araignée et de la larve, je vous aurais prévenus.

Chrysomèle du romarin

Chrysomèle du romarin sur un brin de lavande

Tiens, mais qu’est-ce qui brille là-bas sur la lavande ? Réponse : la chrysomèle du romarin ! Il s’agit d’une cousine du terrible doryphore, dévastateur de cultures de pommes de terre. Elle, elle apprécie plutôt les plantes aromatiques, c’est même sa seule source de nourriture (y compris pour ses larves). Heureusement, tant qu’elle n’est pas trop nombreuse, comme chez moi pour le moment, il n’y a pas de dégâts à craindre. A surveiller tout de même, car la belle métallisée ne connaît pour ainsi dire pas de prédateur : les oiseaux n’apprécient pas de la consommer, sans doute à cause d’un goût trop fort dû à l’ingestion des plantes aromatiques.

Un charançon… celui du lierre ?

Charançon en gros plan

Les charançons… rien que le mot me dégoûte. Pourquoi ? Parce que les bestioles de cette grande famille sont connues pour être des ravageurs de cultures et pour loger dans les denrées alimentaires que vous pouvez stocker chez vous : céréales, légumineuses, noisettes… Beurk. Les charançons sont des coléoptères, ils sont généralement petits et ont leurs préférences : on a ainsi le charançon du blé, le charançon du pois, etc. Ils ne volent pas. Ils pondent dans les grains et la larve s’en nourrit, puis tombe au sol (avec le grain vidé) pour y rester enfouie plusieurs années au stade de nymphe. Le charançon que je vous présente ici était très gros, bien un centimètre de long. D’après mes recherches ce serait un charançon du lierre, à confirmer. Malgré le dégoût que m’inspire cette famille, je dois admettre que sa tête est limite sympa. Il me fait penser à une otarie, avec ses moustaches et ses yeux globuleux.

Une punaise à l’état larvaire

Toute petite larve de punaise sur un grillage

Je ne m’aventurerai pas à déclarer qu’il s’agit de telle ou telle punaise, mais il semble avéré que cette bestiole, charmante au premier abord, est une larve de punaise (stade 1). Je vous avoue que j’ai stoppé mes recherches une fois arrivée à cette conclusion car l’accumulation de photos de bestioles menaçait de me dégoûter un peu. Les punaises sont des insectes piqueurs-suceurs et certaines peuvent être invasives. Je ne savais pas du tout que la larve pouvait avoir cet aspect-là.

L’épeire fasciée ou argiope frelon

Argiope frelon sur le bord de sa toile

Qu’elle est belle celle-là, n’est-ce pas ? Elle doit son nom à ses rayures semblable à celles des frelons et des guêpes, grâce auxquelles d’ailleurs elle n’hésite pas à rester bien en vue. Chez l’épeire fasciée, la femelle est beaucoup plus grosse que le mâle, qui finit d’ailleurs généralement dévoré après l’accouplement. Ici c’est une femelle que j’ai vue. La bestiole se nourrit de gros insectes, notamment les criquets.

Le criquet, un mets de choix pour l’épeire fasciée

Aparté « biodiversité dans mon jardin »

J’ai fait cette année dans mon jardin une triple observation :

  1. j’ai limité la tonte,
  2. je me suis retrouvée avec beaucoup plus de criquets que l’année dernière,
  3. j’ai fait la rencontre de cette superbe araignée, que je n’avais jamais vue avant.

Je ne peux m’empêcher de penser que ces trois évènements sont liés, et ça me fait terriblement plaisir d’avoir augmenté la biodiversité dans mon jardin. En plus, j’ai économisé le temps et l’énergie consacrés habituellement à la tonte fréquente.

C’est pas fantastique ça ? 🙂

Le paon de jour

Paon de jour déployant ses ailes

On finit en douceur avec le superbe paon de jour, reconnaissable facilement à ses ocelles bleus sur fond rouge. Les ocelles simulent des yeux, qui peuvent soit surprendre les prédateurs le temps de s’enfuir, soit servir de cible aux oiseaux, qui, s’ils touchent leur cible, n’abîment pas les organes vitaux de l’animal, lequel s’en sort avec « juste » une aile fendue. Le paon de jour est paraît-il très commun, mais je n’en vois pas si souvent que ça quand même. Sa chenille se nourrit essentiellement d’ortie. En voilà une qui ne viendra pas dévorer mes choux ! Le paon de jour n’est d’ailleurs pas la seule espèce de papillon dont l’ortie est la plante-hôte. Et si je laissais pousser un peu d’ortie dans le jardin, pour attirer les papillons ?

Sources

Michel et Isa Mathieu. « Le charançon du lierre », Quel est cet animal ? , 24 août 2013 [En ligne], https://www.quelestcetanimal.com/coleopteres/le-charancon-du-lierre/ [consulté le 03 octobre 2021]

Binette et Jardin. « Le charançon, insecte redoutable ravageur des végétaux », LeMonde.fr [En ligne], https://jardinage.lemonde.fr/dossier-1731-charancon-insecte.html [consulté le 3 octobre 2021]

Michel et Isa Mathieu. « La chrysomèle du romarin », Quel est cet animal ? , 27 juillet 2013 [En ligne], https://www.quelestcetanimal.com/coleopteres/la-chrysomele-du-romarin/ [consulté le 3 octobre 2021]

Lequet, André. « la CHRYSOMÈLE AMÉRICAINE ou CHRYSOMÈLE du ROMARIN ! (Chrysolina americana, Coléoptère Chrysomelidae)», Insectes-net, les pages entomologiques d’André Lequet, 2007 [En ligne], https://www.insectes-net.fr/chrysoline/chrysoline2.htm [consulté le 3 octobre 2021]

Streito, J. (INRAE, Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’alimentation et l’Environnement) « Mieux connaître et déclarer la punaise diabolique », Portail INRAE e-phytia, 22 avril 2015 [En ligne], http://ephytia.inra.fr/fr/C/20537/Agiir-Mieux-connaitre-et-declarer-la-punaise-diabolique [consulté le 3 octobre 2021]

Michel et Isa Mathieu. « Le paon de jour », Quel est cet animal ? , 24 avril 2011 [En ligne], https://www.quelestcetanimal.com/lepidopteres/le-paon-de-jour/ [consulté le 3 octobre 2021]

Lequet, André. « Le PAON du JOUR (Inachis io) ! (Lépidoptère Nymphalidae) », Insectes-net, les pages entomologiques d’André Lequet, 2005 [En ligne], https://www.insectes-net.fr/io/io2.htm [consulté le 3 octobre 2021]

Michel et Isa Mathieu. « L’épeire fasciée », Quel est cet animal ? , 17 octobre 2010 [En ligne], https://www.quelestcetanimal.com/arachnides/lepeire-fasciee/ [consulté le 03 octobre 2021]

2 commentaires sur “Etonnants visiteurs, été 2021

Ajouter un commentaire

  1. Oui pour les orties et les paons, on m’a appris ça il y peu. Ici ce sont les rois du buddleia, mais les orties ne sont jamais loin au jardin :/ Je n’en suis pas fan, mais disons que je ne leur fait pas une guerre acharnée.
    Pour tes autres bestioles, je crois bien avoir moi aussi des charançons au jardin, qui ressemblent eu tien. Ayant ici beaucoup de lierre, ça confirmerait ton idée ! Et c’est vrai qu’il n’est pas si laid 🙂
    Petite préférence cependant pour ta chrysomèle du romarin, que je ne crois pas connaitre (en tout cas, j’ouvrirai l’oeil dans le romarin maintenant !), très belle avec ses couleurs métalliques !
    Bises et bon week-end Chardon !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que les couleurs métalliques de la chrysomèle sont vraiment étonnantes, on dirait que la lavande s’est fait poser des piercings. Merci pour ton commentaire, bon week-end à toi !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :