Zéro déchet : le mois où j’ai lâché

Décembre 2021 n’a pas été très zéro déchet chez les les Chardons. Je vais vous en toucher un mot, parce que je pense qu’il est bon parfois de se souvenir que derrière un blog, qui vante des actions sympa ou des grands principes, il y a un être humain (ou plusieurs) avec ses défaillances, ses fatigues, ses coups de moins bien. Même si on préfère ne pas les partager.

Les causes probables

Fatigue ! Le mot est lâché. La fin d’année a été très fatigante. Avec un temps infiniment pourri et du travail par-dessus la tête. L’idée même de télétravail qui est complètement passée à la trappe dans mon entreprise. Le stress du covid qui continue. Des petits soucis de santé… Tout cela se solde par une envie d’entrer en hibernation. Les journées se passent en pilote automatique, debout, nuit, trajet, boulot, pause de midi-gamelle en solo, boulot, trajet retour, nuit, vider les sacs, préparer le repas du soir, la gamelle du lendemain, douche, repas, dodo. Pas la moindre énergie restante pour faire du sport, sortir, ou même jouer ou lire…

Les conséquences

Alors si en novembre j’ai tenté plusieurs stratégies pour lutter contre la morosité qui s’emparait de moi (se lever exprès plus tôt, faire du batchcooking le week-end, lâcher du lest sur le ménage…), en décembre, les jauges d’énergie étant au plus bas, j’ai lâché aussi sur mes principes zéro déchet et écolo. Cadeaux commandés en partie sur internet et sans trop regarder la dimension éthique de leur fabrication, courses au drive à la place du vrac, réveillon du Nouvel An en mode « tout prêt » donc « tout emballé ». Les trois dernières semaines j’ai même laissé complètement tomber le vélotaf pour reprendre la voiture.

Mais il y a de l’espoir !

Nous avons eu la preuve qu’on n’efface pas plus de 6 ans de mode de vie en un mois de lâcher-prise. Certaines actions zéro déchet sont devenues des réflexes qui par définition ne nous coûtent plus d’effort pour les appliquer, alors nous n’avons pas complètement lâché non plus : le vrac et le maraîcher local reçoivent toujours notre visite hebdomadaire, les cadeaux étaient peu nombreux mais choisis pour plaire à coup sûr, et ils étaient emballés dans du tissu de récup, nous alimentons toujours le compost, l’entrée du réveillon de Noël était zéro déchet…

Je dois souligner aussi que, si moi je lâche un peu, le fait de voir nos proches, inspirés en partie par notre démarche, qui continuent à faire des efforts, est une réelle source de motivation. Je l’ai particulièrement noté lors du soir de Noël : des cadeaux emballés avec du tissu réutilisable, beaucoup de présents faits maison et/ou sans suremballage, de la cuisine maison aussi, pas de déco jetable, une nappe en tissu… et des exclamations indignées quand j’ai offert du chocolat, délicieux certes, mais vraiment suremballé par le chocolatier (mea culpa, pas eu l’énergie de demander « dans mon tup ! »).

Alors dès que l’énergie reviendra, c’est sûr, nous reprendrons nos bonnes habitudes. On dirait que c’est bien parti, le temps s’améliore, les journées s’allongent, le jardin donne quelques signes de vie, et je reprends un peu de télétravail.

Ensemble on va plus loin

Donc c’est décidé, en 2022 on reprend du poil de la bête et on continue à se battre pour le zéro déchet. Si seulement nous pouvions tous ramer dans le même sens, au niveau sociétal j’entends, ça serait plus facile quand même. Dans une société occidentale où tout est calibré pour agir vite, beaucoup, sans effort et sans réfléchir aux conséquences… la slow life et le fait maison réutilisable sont encore loin d’être la norme. Pourtant, quels bénéfices nous en tirerions, tous, aussi bien à titre individuel que collectif ! C’est pour ça que je continuerai !

Et la bonne année !

Je profite de ce billet pour vous la souhaiter bien bonne, cette année. Avec la santé et plein de bonnes surprises de la vie.

En cadeau bonus : le premier coucher de soleil de l’année 2022

Et vous, des bonnes résolutions zéro déchet en vue ? Mes réflexions ou mon parcours font-ils écho aux vôtres ? Dites-moi tout, soyez pas timides !

4 commentaires sur “Zéro déchet : le mois où j’ai lâché

Ajouter un commentaire

  1. Mes meilleurs vœux en ce nouvel an !
    Que ton année 2022 soit douce et merveilleuse !

    Ton article me touche beaucoup. Je me retrouve dans tes mots.
    Avec mon mari, nous avons également nos moments où nous achetons “tout prêt” et “tout (trop) emballé”. Les fêtes ont été l’un de ces moments. Notre maraîcher local était en vacances. Mais, nous sommes allés à l’épicerie coopérative bio, près de chez nous et avons pu acheter des légumes et, des “trucs inutiles”… Même si nous ne fêtons pas Noël ni le nouvel an. Nous avons succombé à des chocolats de mer*** avec plus d’emballage que de chocolats…
    Bref, comme tu l’écris, si les occidentaux étaient plus nombreux à adopter le mode de vie “écolo-bio-prendre-le-temps”, nous serions moins fatigués et plus heureux et en meilleure santé !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire ! A titre personnel, je trouve que je suis en meilleure santé (physique et mentale) depuis que je suis passée au zéro déchet. Les effets bénéfiques sont quasi immédiats, ça aide à rester motivé malgré les baisses de régime. Notre maraîcher a connu aussi une période de fermeture en fin d’année (liée au covid sans doute) : résultat pour nous, des fruits et légumes de grande surface : oranges à jus sans grande saveur et Pink Lady calibrées suremballées ! On n’avait plus l’habitude ! Belle fin de semaine à toi !

      J’aime

Répondre à Eléonore B. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :